Gradateur de lumière 10

Gradateur de lumière secteur basé sur le circuit intégré spécialisé S576, capable d'allumer, d'éteindre ou de faire varier l'intensité lumineuse d'une lampe, par le simple effleurement du doigt sur une petite touche sensistive. Un peu plus loin sur cette page, un petit mot sur le SLB0586, un "remplaçant" du S576.

Le schéma

C'est celui préconisé par le fabricant du circuit miracle. Point de raison de le modifier puisqu'il fonctionne très bien comme ça.

gradateur_lumiere_010

Le circuit intégré S576 est un circuit spécialisé, spécialement conçu pour réaliser un gradateur de lumière avec commande par touche sensitive (mais on peut aussi l'utiliser sans touche sensitive, avec un bouton poussoir ou les contacts d'un relais). La basse tension requise pour son bon fonctionnement est tirée d'une alimentation sans transformateur qui abaisse le 230V en une tension de 15V, au moyen de quelques composants qui savent rester assez discrets. Ces composants sont R5, C3, D2, D3 et C4; pour simplifier, C3 limite le courant et D2 limite la tension à sa valeur de zener, qui est ici de 15V. La détection du toucher s'effectue par une petite surface métallique reliée à l'entrée Sens (borne 5 du S576), au travers de deux résistances de forte valeur (R1 et R2 de 4M7) destinées à protéger l'utilisateur en cas de défaut au niveau du secteur 230V. Il est absolument hors de question de remplacer ces deux résistances R1 et R2 par une résistance unique de 10 Mohms ! La commande du triac se fait via la sortie en borne 8 du circuit. 

Remarque : on voit ici une diode D1 entre la sortie 8 et la gâchette (G) du triac, elle est présente sur le schéma proposée par le constructeur. J'ai vu plusieurs schémas qui mettaient en oeuvre le S576 et où cette diode était supprimé, mais je n'ai personnellement jamais osé le faire.

Sens de branchement de la prise secteur

Oui, il y a un sens de branchement, la phase est le neutre doivent être reliés comme indiqué sur le schéma. Sinon, ça ne fonctionne pas. Vous êtes comme moi et vous ne savez pas où se trouve la phase sur la prise murale de votre chambre ? Et bien alors faîtes comme moi : vous branchez le gradateur sans vous soucier du sens du branchement. Si ça marche, tant mieux. Si ça ne marche pas, vous inversez la prise et le tour est joué.

Réalisation pratique

Réalisé en plusieurs exemplaire pour plusieurs personnes, j'en ai tout de même gardé deux pour moi. Un avec un câble d'arrivée secteur et un câble allant vers une lampe de chevet, l'autre avec une douille directement montée sur le boitier pour y poser une lampe de style "flamme".

gradateur_010_proto_001_a gradateur_010_proto_001_b

gradateur_010_proto_002_a gradateur_010_proto_002_b gradateur_010_proto_002_c

En réalité, un des deux gradateurs utilise un S576 et l'autre utilise un S566, plus ancien. Le S566 nécessitait un transistor supplémentaire entre la sortie de commande et le triac, que l'on peut voir sur la dernière photo, en bas à droite du circuit intégré.

Remarque concernant R5 : si vous regardez bien les photos, vous noterez la bonne taille de cette résistance. Au début, j'ai mis une 1 KO / 1 W, comme préconisé par le fabricant du circuit. Mais cette résistance finissait par claquer au bout de 1 ou 2 ans, même en étant surélevée du circuit imprimé pour faciliter l'évacuation de ses calories (il faut dire que le boitier était tout de même fermé). Dans un premier temps, je l'ai remplacée par un modèle 2 W. Elle n'a pas claqué mais je trouvais qu'elle chauffait encore un peu trop. J'ai donc décidé de mettre le paquet et d'opter pour une résistance de 5 W. Là, pas de soucis ! Ces deux gradateurs ont plus de 10 ans et il fonctionnent toujours parfaitement ! Celui qui permet de monter directement l'ampoule est fixé sur mon lit (je viens de le démonter pour prendre les photos), et je peux vous assurer qu'il est drôlement agréable d'avoir une petite lumière tamisée selon ses désirs, quand le soir arrive et que... mais chut, madame arrive.

Ou trouver le S576 ?

C'est malheureusement le genre de circuit spécialisé qui ne vit pas très longtemps, malgré tout l'intérêt que peuvent lui porter les bricoleurs en électronique. Ce circuit a en fait été décliné en plusieurs versions, qui offraient des fonctionnalités légèrement différentes (façon dont le circuit se comportait suite à une coupure secteur, et mode de variation). J'ai en mémoire le S566, le S576 dans quatre version A, B, C et D, et des remplaçants assez récents qui s'appellent SLB0586 (pour charge résistive uniquement) et SLB0587 (pour charge inductive, lampe halogène basse tension avec transfo par exemple). Je n'ai jamais utilisé ces deux derniers, mais au vu des schémas d'application, j'ai le sentiment qu'ils sont compatibles broche à broche avec leurs ancêtres. Voici par exemple le schéma d'application typique du SLB0586, avouez que les ressemblances avec le S576 sont flagrantes !

gradateur_lumiere_010b

Commande externe de variation

L'interrupteur SW1 permet de commander la lampe de façon "mécanique" et déportée, sans contact avec la touche sensitive TS. Il peut être remplacé par n'importe quel composant pouvant faire office d'interrupteur (transistor, optocoupleur ou relais par exemple). Ce schéma de câblage, avec les deux résistances R6 et R7 ajoutées entre les pattes 6 et 7 du circuit intégré, est applicable aux S566 et au S576. Si l'interrupteur SW1 est laissé en position fermé (ou remplacé par un strap), le circuit est continuellement activé en mode variation : la lampe s'éteint doucement, se rallume doucement, et ce indéfiniment.

Modes du SLB0586

JP1 / Mode sur broche 2 (Prog) du SLB0586 = mode de fonctionnement

- Mode A - broche 2 reliée au -V (borne 7) : à la mise sous tension, allumage pleins feux. En mode variation, démarrage avec lumière au minimum. A chaque reprise, variation dans le même sens, c'est à dire lumière s'allumant de plus en plus.

- Mode B - broche 2 laissée en l'air : le degré d'intensité lumineuse est conservé lors de l'arrêt et est restitué lors de la remise en route. La variation démarre sur l'intensité lumineuse en cours, et se poursuit jusqu'au maximum ou minimum selon sens de variation. Arrivé en extrémité, le sens de variation s'inverse. Si l'on "bloque" le gradateur, l'intensité de la lumière augmente, diminue, augmente à nouveau, ceci sans s'arrêter.

- Mode C - broche 2 reliée au +V (borne 1) : à la mise sous tension, allumage pleins feux. En mode variation, démarrage avec lumière au minimum. Arrivé en extrémité, le sens de variation s'inverse. 

 

 

 

Accuil








 

 

Recherche personnalisée