Indicateur polarité 1

Présentation

Voici un petit montage simple à réaliser, permettant de visualiser en un coup d'oeil la polarité d'une tension continue de faible valeur (entre 5V et 9V), à l'aide de deux LEDs pas laides.

Le schéma

Pas cher, facile et rapide à faire. 

Description du montage

La base du montage s'appuie sur deux LEDs montées tête-bêche. Ces deux LEDs peuvent être totalement indépendantes, comme elles peuvent être intégrées dans un unique boitier à deux pattes comme c'est le cas sur le schéma. Selon la polarité de la tension appliquée entre les deux pointes de touche, c'est une LED ou l'autre qui s'allume. Si vous appliquez une tension alternative (6 Vac par exemple), les deux LEDs s'allument à tour de rôle, à chaque changement d'alternance, à une vitesse suffisamment élevée pour que l'on ait l'impression qu'elles sont allumées en même temps. Le fait de mettre deux LEDs tête-bêche présente un avantage : celui de limiter automatiquement la tension inverse sur la LED qui se trouve "dans le mauvais sens". Une LED traditionnelle supporte en effet une tension inverse de quelques volts, et une tension de 9V appliquée en inverse peut donc être fatale. Les deux autres diodes D1 et D2, montées chacune en série avec une résistance dont les valeurs sont différentes, permettent de "mettre en service" la résistance de limitation de courant qui va bien. Pourquoi faire comme cela alors qu'une simple résistance, sans diodes additionnelle, suffirait (voir page Alimentation d'une LED) ? Tout simplement parce qu'on emploie ici deux LEDs de couleurs différentes : une LED verte et une LED rouge. La LED verte présente une tension nominale de fonctionnement plus élevée que celle d'une LED rouge. En employant une seule et unique résistance, le courant qui circule dans la LED verte est moindre que celui qui circule dans la LED rouge pour une même tension. 

Ici, le pôle "plus" de la tension testée est appliqué sur la pointe de touche supérieure. Nous avons donc conduction électrique dans le sens LED rouge > D2 > R2. La diode D1 ne conduit pas puisque son anode est à un potentiel de tension inférieur à celui de sa cathode. La LED verte reste donc éteinte pendant que la LED rouge s'allume.

Ici, le pôle "plus" de la tension testée est appliqué sur la pointe de touche inférieure. Nous avons donc conduction électrique dans le sens R1 > D1 > LED verte. La diode D2 ne conduit pas puisque son anode est à un potentiel de tension inférieur à celui de sa cathode. La LED rouge reste donc éteinte pendant que la LED verte s'allume.


Bien que l'oeil présente une sensibilité accrue pour le rayonnement de couleur verte, les LEDs vertes ont un rendement généralement moins bon que les LEDs rouges. Aussi, cette façon de faire (avec deux diodes et deux résistances différentes) permet de disposer d'une résistance de plus faible valeur pour la LED verte et de compenser ainsi ce moins bon rendement. 

Qui est la plus forte ? La rouge ou la verte ?

Là encore, j'en vois sourire, et c'est très bien ainsi car cela montre qu'il y a réaction à mes dires. Avec les LEDs actuelles, on peut très bien avoir une luminosité supérieure avec une LED verte qu'avec une LED rouge. Ce à quoi j'adhère bien évidement. Ce montage est prévu pour des LEDs standards. Mais vous pouvez bien entendu utiliser n'importe quel type de LED, y compris les LEDs haute luminosité (pas des LEDs de puissance type LumiLED tout de même). Les LEDs haute luminosité présentent un avantage de taille : elles peuvent éclairer bien suffisamment avec un courant minime, puisque 1 mA peut parfois largement suffire. Si vous utilisez des LEDs haute luminosité, "l'équilibrage lumineux" sera sans doute toujours nécessaire, en employant des résistances de valeurs différentes pour R1 et pour R2... avec une valeur plus faible pour R1 ou pour R2, à vous de tester !

 

 

 

 

Accuil








 

 

Recherche personnalisée